Un débat d’orientation budgétaire en déficit de substance

Cette première séance du conseil municipal était consacrée au débat d’orientation budgétaire (DOB) dont l’objectif est de présenter le contexte socio-économique et financier de la commune et de tracer des perspectives pluriannuelles avant le vote du budget de l’année 2018.

Après la présentation des données financières (impôts, dépenses de personnel et de fonctionnement, endettement) de la commune, les adjoints ont évoqué les projets envisagés dans chacun de leur domaine de délégations.

En réponse, Hervé Willer a d’abord constaté que « la forme de ce débat d’orientation budgétaire ne répond toujours pas à l’objectif – qu’il devrait remplir – d’une projection pluriannuelle de l’action de la collectivité et de ses conséquences budgétaires et financières. …/… La pratique aboutit le plus souvent à un catalogue, sans faire ressortir les principales orientations et priorités, et conduit surtout à l’absence de mise en cohérence de l’ensemble. »

Sur le fond, après avoir précisé « partager un grand nombre des actions déclinées », Hervé Willer a pointé trois orientations peu claires et même parfois nébuleuses. Il a relevé que les modalités de rénovation de la MTL (toiture et chauffage), semblent traduire « qu’aucune réflexion plus globale sur ce bâtiment et cet espace n’est engagée et que cette rénovation pare seulement au plus urgent sans projection sur la destination de la MTL dans le cadre d’un projet socio-culturel ? ».
S’agissant de « la mutualisation des services », inscrite dans les éléments de contexte institutionnel – Métropole du Grand Nancy – de ce DOB, il a notamment indiqué « qu’une mutualisation des services entre communes serait parfois plus pertinente qu’une mutualisation centralisée au niveau de la métropole. Ce serait le cas de notre point de vue, comme nous le disons depuis plusieurs années, pour les services techniques ou la police municipale par exemple. »
Enfin, il a relevé en matière de démocratie locale, ou autrement dit, « de citoyenneté – en d’autres temps on parlait aussi de « participation », que les ambitions affichées lors de précédents débats d’orientation budgétaire sont restées lettre morte et nous avons quelques difficultés à comprendre les intentions énoncées dans celui-ci. »

Hervé Willer a conclu son intervention avec cette interrogation : « puisqu’il se résume à préparer le budget à venir et non à l’inscrire dans une perspective pluriannuelle, à quoi sert cet exercice du débat d’orientation budgétaire sinon à perdre de son intérêt et de sa substance ? » (lire l’intervention).