Démocratie et citoyenneté : des paroles aux actes

Tribune libre dans Heillecourt notre ville – janvier 2019

Après une fin d’année marquée par des tensions qui ont pesé sur l’ambiance habituellement festive du mois de décembre, le moment traditionnel des voeux est venu. Nos meilleurs voeux vont tout d’abord à chacune et chacun d’entre vous pour que l’année 2019 comble vos aspirations personnelles, familiales et professionnelles. Et en gardant surtout à l’esprit que la santé est un bien précieux qu’il faut savoir apprécier à tout âge, permettant ainsi de relativiser parfois certains désagréments ou tracas de la vie quotidienne.

Annoncé par le Président de la République, un « grand débat national » anime le début de cette année pour « faire remonter » les attentes ou le point de vue des citoyens autour de 4 thèmes : la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté, l’organisation de l’Etat et des services publics. Si cette initiative fait évidemment suite aux protestations de ces dernières semaines sur les ronds-points et dans les rues, elle traduit aussi à l’évidence, sur la forme et le fond, les dysfonctionnements de l’organisation démocratique de notre pays.

Sur la forme, à quoi servent les élections nationales où les candidats sont censés présenter un « projet » et des propositions concrètes, où les électeurs votent – bien entendu – pour celui ou celle qui leur paraît le plus crédible et sincère pour les mettre en oeuvre ? Sur le fond, comment peut-on envisager d’apporter, à travers cette démarche, des réponses cohérentes à la foultitude des attentes, voire des « doléances » des citoyens, même lorsque celles-ci sont légitimes ? Si la démocratie participative peut être une partie de réponse à la crise de notre démocratie représentative, elle ne peut pas la remplacer. Il appartient d’abord aux représentants élus d’exercer la plénitude de leur mandat.

Plus localement, cette « tribune libre » du bulletin municipal constitue un espace d’expression des élus « d’opposition ». Avec notre tribune de novembre 2018, consacrée au dossier de la rénovation de la Maison du temps libre, chaque lecteur a pu constater que cet espace donne aussi l’occasion à la liste majoritaire de nous répondre. Nous regrettons donc, comme nous l’avons déjà dit, que les débats n’aient pas lieu dans les instances prévues pour cela – les commissions municipales, permettant ainsi aux élus d’exercer réellement leur mandat.

Et puisque la démocratie représentative demande plus de participation citoyenne, rappelons nos propositions des élections municipales de 2014 pour la création de conseils de quartier associés aux commissions municipales, d’un conseil des sages et d’un comité des fêtes. Autant de « machins » – peut-être – mais qui contribueraient à vivifier la démocratie et la citoyenneté, si les élus étaient vraiment convaincus de faire fonctionner ces cadres de concertation. Profitons du moment des voeux et des bonnes résolutions pour espérer !