Des débats sans engagements

L’ordre du jour de ce conseil municipal comportait principalement deux présentations suivies d’un « débat sans vote ».

Le projet d’aménagement et de développement durable (PADD) de la Métropole du Grand Nancy doit définir les grandes orientations des politiques publiques pour 15 à 20 ans. Après avoir dénoncé le caractère « formel » de cette présentation devant le conseil municipal, Sylvie Greff a fait part des interrogations sur le fond du document. Ces interrogations sur, d’une part « l’accumulation de propositions qui dilue et rend difficilement appréhendable les grandes priorités et les choix stratégiques de la Métropole pour les 15 ans à venir » et, d’autre part « l’absence d’objectifs et d’indicateurs de suivi, au delà des intentions et généralités », rejoignent celles du conseil de développement durable du Grand Nancy. Elle a donc conclu en souhaitant que « les avis et recommandations d’instances dédiées et compétentes, comme le conseil de développement durable, soient réellement pris en compte au delà d’un simple formalisme de procédure, ce qui ferait gagner du temps et de l’énergie à tout le monde. » Lire l’intervention

Le deuxième point portait sur le traditionnel « débat d’orientation budgétaire » avec une présentation des diverses données budgétaires et financières suivie de l’énoncé des actions des commissions municipales. Sylvie Greff a souligné que « les débats d’orientation budgétaire se suivent et se ressemblent » et que « ce sont les mêmes observations à chaque débat d’orientation budgétaire à l’issue duquel on ne connait jamais les orientations ».  

La fusion des écoles maternelle et élémentaire Victor Hugo était soumise à délibération du conseil municipal. Les élus Heillecourt un avenir partagé ont fat part de leur incompréhension sur la procédure dans la mesure où l’autorité académique avance le motif de vacance de la direction de l’école maternelle pour justifier une décision qu’elle veut imposer. « Or la décision requiert 3 avis : le conseil d’école, le conseil municipal et l’instance académique compétente. A notre connaissance, le conseil d’école ne s’est pas encore prononcé et nous considérons que la délibération du conseil municipal devrait intervenir seulement après l’avis du conseil d’école. » Les élus Heillecourt un avenir partagé ont donc refusé de prendre part au vote.