Une antenne-relais sans responsable

Ce dernier conseil municipal avant la pause estivale présentait un ordre du jour avec des délibérations relatives à la gestion courante et une question inscrite à l’initiative des élus Heillecourt un avenir partagé.

Parmi ces délibérations, l’organisation de la classe de neige début 2020 pour les écoliers de CM2 a recueilli un vote unanime. Une subvention exceptionnelle a été accordée au collège Montaigu pour soutenir la participation de l’équipe de gymnastique rythmique synchronisée au championnat de France.

Le permis de construire accordé pour l’installation d’une antenne-relais de 42 mètres rue Léon Songeur a nourri un débat animé. Après un exposé rappelant le cadre juridique et le contexte de ce permis de construire, Hervé Willer a interrogé le maire :

« Monsieur le Maire, notre question comporte deux volets :

– compte tenu de la réglementation et de la sensibilité du sujet, pourquoi n’avez-vous pas mis en œuvre la procédure d’information obligatoire vis à vis de la population, ce qui vous aurait sans doute aussi conduit à ouvrir celle facultative de consultation des riverains dont les premières habitations se situent à moins de 50 mètres de cette antenne ?

– mais le mal étant fait, si je puis dire, quelles dispositions avez-vous prises, suite aux recours gracieux, vis à vis de l’opérateur pour répondre aux préoccupations des riverains et trouver un autre lieu d’implantation qui impacte moins l’environnement immédiat des habitants ? »

Devant un assistance venue en nombre, le maire a admis avoir sous-estimé ce dossier en se défaussant sur les « services » qui ne l’ont pas averti de la procédure obligatoire d’information de la population. Il a alors fait part de ses négociations avec l’opérateur pour abaisser la hauteur à 32 mètres et « peindre en vert » la structure, tout en fustigeant les « inepties » qui circulent sur les ondes électromagnétiques.

Hervé Willer a repris point par point les « arguments » en dénonçant la méthode consistant à rejeter systématiquement la responsabilité sur d’autres et en contestant certaines affirmations approximatives, voire erronées sur les conditions d’instruction du permis. (lire l’intervention)